mercredi 1 janvier 2116

Un blogue sur la Cité-Jardin

Un blogue sur Cité-Jardin pour et par ceux qui l'ont habité lors de ses premières décennies. Un forum commun pour y partager des souvenirs, des images, des commentaires et même des vidéos.

Connue sous le nom de la Cité-Jardin du Tricentenaire, car inaugurée le 2 août 1942 lors du 300e anniversaire de Montréal, la Cité-Jardin a célébré ses 75 ans en même temps que le 375e anniversaire de Montréal en 2017. Rappel:  au parc de Cité-Jardin il y a eu le samedi 26 août 2017,  une belle fête/rencontre pour le 75e anniversaire.


Je vous invite tous à m'envoyer vos documents, textes, photos, etc. que vous souhaiteriez partager sur ces pages. Je créerai autant d'onglets en haut de cette page, que nécessaires pour représenter chacune des rues pour lesquelles il y aura quelque chose à afficher.

Si vous ne contribuez pas par des textes et des photos, rappelez-vous que vous pouvez ajouter des commentaires sous chacun des documents de ces pages.

Si certains parmi vous souhaitent participer à la mise en page (si vous connaissez Blogger avec lequel ce site fonctionne), faites-le moi savoir et vous pourrez ainsi comme moi enrichir la présentation du site. Je le souhaite le plus ouvert et le plus collaboratif possible.

Pour me joindre:  Marc Durand:  dmarc7@gmail.com

N.B. Il y a également un site créé en 2004 par l'Association des Résidents de la Cité-Jardin (ARCJ). Ce site est distinct et indépendant de ces pages-ci. Nous vous encourageons à le visiter si vous souhaitez connaître les activités de cette association qui regroupe les résidents actuels de Cité-Jardin.































samedi 9 septembre 2017

Les trottoirs de bois

 Je pense que les plus anciens résidents se souviennent bien des trottoirs de bois qui permettaient de marcher dans les sentiers sans patauger dans la boue les jours de pluie. Mais vous souvenez-vous qu'en 1947, il y en avait presque partout entre chaque rue? J'apprécierais avoir des témoignage de vos souvenirs les plus précis SVP. J'ai indiqué sur la photo ci-dessous ce que je crois voir comme trottoirs de bois. À vous d'apporter des précisions.
On voit bien en haut à gauche la première rue (des Marronniers) qui possède pour tout son pourtour un vrai trottoir séparé de la rue par une bande de gazon. Ce modèle d'aménagement, de même que la forme parfaitement circulaire du rond-point, n'ont pas été continués dans la construction des autres rues.

Notez aussi que les entrées pour voitures ne sont pas très nombreuses en 1947; celles qui existent aujourd'hui ont été aménagées par après.

Beaucoup de matériaux sont empilés encore en 1947 dans l'emplacement au parc (au centre et au côté droit de l'image). L'étang est bien visible au coin droit du bas.

Sur l'image de 1958, onze ans plus tard, on constate qu'il y a des des entrées de garage et des garages ajoutés. Le boulevard Rosemont est bien plus large. L'étang a disparu pour faire place à une amorce du développement Terrasse Maisonneuve. La pataugeuse est en place dans la parc maintenant clôturé. Les trottoirs de bois sont disparus:


dimanche 3 septembre 2017

Le chemin des tanks

Je suis né en 1944, donc je suis un peu trop jeune pour avoir vu circuler des tanks sur le fameux chemin des tanks. Mais je suis allé enfant (à 6 ou 7 ans) dans ce chemin mystérieux au-delà du "bois des pères".
Voici ce que j'ai appris à propos des tanks fabriqués à Montréal durant les années de guerre. Lors de la débâcle de Dunkerque en 1940, les britanniques ont du laisser sur le continent des milliers de tanks. Le fabrication de ces équipements essentiels pour la suite de la guerre a été en partie déplacé au Canada plutôt que de compter seulement sur les usines de blindés en Grande-Bretagne. À Montréal entre 1941 et 1943 les usines Angus ont produit 1420 tanks de modèle Valentine (livrés en bonne part pour le front russe).

De son côté, la cie Montreal Locomotive Works rue Dickson a produit le char RAM. Un total de 1948 tanks y auraient été produits. Ces blindés ont surtout servi à la formation des équipes; aucun n'a été utilisé en combat actif en Europe. Quelques centaines de chars d'assaut sont demeurés au Canada pour l'entrainement des troupes.
Sur cette photo de 1947, on peut voir que la Montreal Locomotive Works a été temporairement convertie pour la production de tanks et autres blindés.

Je n'ai jamais vu de tanks circuler sur le chemin des tanks et je n'ai jamais su jusqu'où allait ce chemin vers le nord*; mais je me souviens d'avoir été survolé là une fois par deux jets CF-100 qui volaient en rase-motte (~50 m du sol) dans des vols d'entrainement.
Pour visualiser un peu l'emplacement du chemin des tanks, j'ai utilisé des photos aériennes de 1947 qui le montrent dans toute sa longueur de 3,5 km.
Cliquez en séquence quatre fois sur l'image ci-dessous pour voir l'occupation du sol en 1947 et en 2017:




Vous noterez que l'ancien tracé du chemin des tanks est impliqué  beaucoup de structures actuelles: Les pyramides Olympiques, la portion oblique de la rue Dickson (en pente montante jusqu'à Rosemont), etc. (photo ci-dessous):


Le chemin des tanks s'étendait vers le nord jusqu'à l'emplacement actuel du boulevard Langelier et de la 40. Ce chemin d'entrainement et/ou d'essai des chars d'assaut se terminait à ses deux extrémités par une boucle de 350 pieds (106 m) de diamètre. Quelqu'un d'entre vous a-t-il en mémoire ces deux ronds-points?

Dans un mémoire de maitrise à l'université Concordia sur l'histoire du char d'assaut RAM construit à Montréal, l'auteur indique que des terrains ont été expropriés pour faire un terrain d'entrainement. Après la guerre les terrains expropriés ont été restitués en 1945 à leurs propriétaires d'origine. Le texte ne donne cependant pas de précision sur l'emplacement de ces terrains; on ne peut que présumer qu'il s'agit du territoire qu'a occupé le chemin des tanks. 

Je crois bien que le terrain où se situait le rond-point sud a été rapidement modifié. Je n'ai aucun souvenir d'avoir vu trace de cette partie de chemin en boucle durant les années cinquante à l'emplacement actuel des pyramides olympiques.

Quelqu'un a-t-il pédalé dans la gravelle pour se rendre jusqu'à l'extrémité Nord à 3,5 km plus loin? Moi je n'ai jamais vu que la portion linéaire au bout du boulevard Rosemont.

Autres question pour les ferrés d'histoire, ou pour ceux qui seraient assez anciens pour formuler des réponses:
1- On peut penser que les tanks y ont circulé entre 1941 et 1945, mais peut-être après aussi pour fin d'entrainement; quelqu'un aurait-il des informations plus précises ? On voit des traces larges de roulement sur les photos de 1947, même hors du chemin dédié.

2- Est-ce les tanks de la Montréal Locomotive Works ou ceux des Shop Angus (ou est-ce des deux usines) qui ont circulé sur le chemin des tanks?

3- Le chemin ne va pas jusqu'aux usines; comment les tanks arrivaient-ils jusqu'au chemin des tanks? Transportés par camion plats jusqu'au point d'entrés coin Viau et Sherbrooke, ou roulaient-ils sur la voie publique depuis l'usine? Les premiers résidents de Cité-Jardin en 1942 et 1943 ont certainement dû les entendre.
______________________________________________
* Paul Lavallée m'écrit le 4 septembre 2017 ceci: " je me souviens du rond point nord, que j'ai découvert à l'adolescence. Je me souviens surtout de la 'côte des tanks' (le bas de la côte l'Assomption qui n'existait pas à l'époque, était un endroit de choix pour voir ces engins) où nous allions regarder les tanks monter cette côte abrupte, dallée de pierres à l'européenne".

  et Paul ajoute ceci le 7 septembre: "La rue Des sorbiers est plus proche de la ‘côte des tanks’ que les rues Viau ou Des Maronniers. Arrivé à la Cité Jardin en 1944 , à 3 ans,je ne suis certainement pas allé à cet endroit par mes propres moyens avant la fin de la guerre. Par contre, j’avais 2 frères, de 14 et 19 ans mes aînés, et peut-être aussi mon père, qui ont pu m’y amener avant la fin de la guerre. C’est comme ça, j’imagine, que j’ai vu les tanks grimper cette côte. J’ai revu la côte, par la suite, mais pas les tanks. Je suis certain du dallage, car c’était quelque chose que je n’avais jamais vu.
Il est probable qu’elle ait été située à l’endroit marqué ‘’B’’ sur la photo. En tout cas, c’était la pente avec le plus fort gradient. Cette côte n’était pas longue, mais très abrupte."
Vue du détail de la portion sud du chemin des tanks, là où il longe la rue Sherbrooke; les <<   << indiquent les pentes montantes où les tanks s'exerçaient.

J'ai aussi un vague souvenir du dallage de grosses pierres plates sur cette pente; le texte de Paul Lavalléee m'en a fait revenir le souvenir. Si vous avez un grand écran, vous pouvez aller voir l'image montrant l'ensemble du chemin des tanks, dans un assemblage photo que j'ai réalisé:  https://grandesimages.blogspot.ca/2017/09/cite-jardin-et-le-chemin-des-tanks-en.html


N.B. Avez-vous remarqué dans la cinquième photo de la séquence que j'ai placé plus haut qu'on ne voit pas l'ombre d'un quelconque panneau géant, celui que je mentionne dans la question No 1 de la page À solutionner. Ce panneau présent sur la photo de août 1942, on n'en voit aucune trace sur l'image de 1947; il aurait donc été enlevé avant 1947. À noter aussi le bâtiment au coin de Viau et Sherbrooke. Ça semble un bâtiment d'entrée pour le chemin des tanks:
Cette photo aérienne 1947 a été prise en après-midi; on voit nettement l'ombre projeté pour la bâtiment; si le haut panneau-réclame avait encore été présent, on devrait pouvoir le détecter par son ombre projeté au sol. La boucle du chemin des tanks semble avoir été utilisée en 1947, car la végétation n'a pas du tout commencé à l'estomper. Les traces de roulement sont encore présentes.




Addendum du 6 septembre: Jacques Angers envoie ce texte et cette photo: "Je me souviens du chemin des tanks mais sans avoir vu un tank.   J'ai circulé sur la portion nord avec mon ''hot-rod'' (photo ci-contre) dans les années 1958-59 environ et ce depuis la rue Lacordaire jusqu'au rond point qui se trouvait près d'un golf et de ce qui est maintenant Les Galeries d'Anjou.  Je me souviens du bâtiment coin Viau et Sherbrooke, mais il n'y avait plus de trace d'un chemin."



Équipe de hockey 1958

Le 2 septembre 2017, Jacques Angers m'envoie cette photo avec la liste des personnes identifiées, mais il en reste une à identifier sur cette équipe de hockey 1958:

En arrière:  Maurice Gaudreau de l'Avenue des Plaines (manteau et foulard sur la gauche),  Boudreau,  Grenache,  Renaud,  inconnu,  Girouard,  André Caron,  Bergeron, Michel Cornellier
En avant avec un genoux par terre
: Guy Couture,  Gaston Desrosiers,  René Desjardins,  Jacques Angers.

 
Un appel à tous: qui peut identifier l'inconnu ?

















Lieu exact de l'étang ?

2) Quelqu'un aurait-il un souvenir précis de l'emplacement de ce qu'on désignait comme "l'étang"? C'était peut-être juste une petite zone qui s'inondait à la fonte des neiges… mais on s'y est bien amusés ... sans surveillance !Voici une réponse envoyée par Michel Lefebvre: « Concernant l’existence d’un étang, voici un dessin de son emplacement selon ma mémoire:  carte montrant l’emplacement d’un petit étang et des cerises sauvages que nous aimions aller cueillir. » Michel Lefebvre, mai 2017 



Ajout de M. Durand, 27 août 2017: On peut voir l'emplacement exact de l'étang sur cette photo aérienne de 1947:
Il était donc un petit peu plus loin que le montre le dessin de Michel Lefebvre.

Panneau mystère rue Sherbrooke

1) Qui peut identifier et donner des précisions sur cette silhouette d'un immense panneau-réclame en forme de bonhomme?  C'était dans l'axe de la rue Des Marronniers, mais bien loin rue Sherbrooke. Il semble bien avoir trois fois la hauteur des arbres:

mercredi 23 août 2017

Fête Cité-Jardin le 26 août

Fête du 75e anniversaire de la Cité-Jardin du Tricentenaire 
le samedi 26 août 2017

Beaucoup d'anciens résidents on pu se rencontrer à cette occasion. Merci aux organisateurs.


Les anciens résidents posent pour la photo.







Dévoilement de la plaque souvenir du 75e anniversaire.